Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sites préférés

hit counter  Powered by Technorati

Recherche

Bienvenue

Un Sénégalais vivant en France met en ligne ce que lui inspirent le Sénégal, l'Afrique, la France et le monde d'aujourd'hui. Ces pages se veulent aussi un lieu d'information sur tout ce qui touche de près ou de loin l'Afrique et les Africains. En bien. En moins bien !

Soyez les bienvenus dans cet espace d'échanges libres que j'espère bénéfiques pour le Sénégal et l'Afrique toute entière. Merci d'avance de votre participation.
Bonne lecture !

 

Archives

29 août 2005 1 29 /08 /août /2005 23:00

On se demande comment est-ce possible, mais le cauchemar continue ! Au vu et au su de tout le monde : un immeuble insalubre, abritant des familles originaires d’Afrique noire, a brûlé lundi 29 août 2005 vers 22 heures à Paris. Cette fois c’est dans le 3ème arrondissement de la capitale française que le drame a eu lieu. Exactement au 8 rue du Roi-Doré. Bilan : 7 morts dont 4 enfants. C’était un squat où essayaient de s’abriter nos malheureux frères et sœurs faute d’un toit décent pour se loger. 7 morts de trop.

Parce que maintenant, il y en a plus qu’assez des discours, des postures des responsables de ce pays. Cela suffit ! Il faut faire quelque chose. Immédiatement. Sans attendre. Il s’agit tout de même de vies humaines. C’est révoltant et insupportable. Quand vous apprenez des détails du genre : une mère de famille voyant son appartement s’embraser, dans la panique, et pensant le sauver, jette un de ses enfants par la fenêtre du quatrième étage… Il n’y a pas de mots ! Il n’y a plus de mots pour dire sa douleur et sa colère en face d’une pareille situation. Et tout cela parce qu’il s’agit de Noirs, d’immigrés, de sans-papiers, de gens fuyant une misère pour venir en vivre une autre… pire ! Et pour finir par y laisser leur vie ! Et tout le monde s’en fiche. Quoiqu’on en dise. Ceux qui devraient prendre des mesures radicales pour que cela n’arrive plus ne font strictement rien. Ou plutôt si : ils viennent devant les caméras de télé, prennent des poses, des postures, font des discours, assurent de leur sympathie, disent leur compassion… En gros rien ! Du vent ! Pendant ce temps d’autres Africains noirs meurent, brûlés. Ou, au mieux, sont en sursis jusqu’au prochain incendie. Oui, tout le monde s’en fiche. Et c’est insupportable.

Car enfin, qu’ont fait de si terrible ces Sénégalais, Maliens, Ivoiriens, Congolais etc. pour mériter ce sort ? Hier le 9ème arrondissement de Paris, aujourd’hui le 13ème, puis le 3ème ! Quand cela va-t-il s’arrêter ? Et qu’on ne vienne pas me parler de loi des séries ! Dans le cas d’espèce, il est possible de faire quelque chose. Il ne s’agit tout de même que de trouver un toit décent à des humains dans un des pays les plus riches du monde ! Et en plus pour des gens qui, au regard de l’histoire le méritent largement. Cette France qui essaie aujourd’hui de se barricader à double tour derrière ses frontières, cette France qui multiplie les expulsions de sans papiers, cette France qui par la voix de ses autorités actuelles dit clairement avoir la volonté d’expulser un nombre grand d’étrangers (la politique du chiffre !), et finalement cette France qui laisse mourir des Africains de race noire sans aucune mauvaise conscience devrait se rappeler un peu de son histoire ! 300 ans de Traite Négrière ont décimé les forces vives de l’Afrique Noire, ont réduit à la portion congrue ses ressources agricoles et minières. La colonisation française, par voie d’administration directe a achevé ses pays. Mais ce n’est pas fini. Pendant les deux grandes guerres mondiales, l’Afrique noire a fait le sacrifice suprême : le don de la vie de ses enfants les plus vigoureux pour la défense de la République française. Le sang des Tirailleurs Sénégalais (qui n’étaient pas que Sénégalais d’ailleurs !) a abreuvé les tranchées de l’est de la France. Et après la deuxième guerre mondiale, les Noirs d’Afrique étaient encore là pour participer à l’effort de reconstruction de la patrie. On était bien content de pouvoir aller les chercher dans leurs villages pour qu’ils viennent construire des routes, des immeubles modernes, des voitures (Renault à Billancourt en a vu passer des ouvriers noirs africains), creuser pour de nouvelles lignes de métro ! Aujourd’hui, les enfants de ces travailleurs courageux flambent dans des incendies d’immeubles insalubres ! Avouez que c’est, pour le moins, honteux et injuste.

Imaginez juste une seconde, que des Français de souche, blancs vivant dans la précarité (la misère ignore la couleur de la peau, et des familles françaises de souche dans la difficulté, il y en a à Paris) soient les victimes de cette série affolante de morts par incendie. Je vous vois d’ici répondre immédiatement que ce n’est pas pensable ! Je vous le concède. Mais en raisonnant par l’absurde, comme disent les mathématiciens, on peut imaginer le séisme que cela produirait au sein de la société française. A coté de ce qui se passerait, la prise de la Bastille en 1789 serait reléguée au rang de chahut de gamins dans une cour de récréation. Et pourtant, on est en 2005, et cela se passe sous nos yeux. Mais il ne s’agit que de gens d’Afrique noire !

Mes chers frères et sœurs, que vous soyez de nationalité française, étrangère, ou même sans papiers, sachez que la preuve est faite que personne ne viendra changer la situation des Noirs sur cette Terre à leur place. Soyez donc solidaires. Véritablement. Aidons-nous les uns les autres. Battons-nous pour chasser du pouvoir ces imbéciles, affamés de pouvoir qui dirigent nos pays. Ils hypothèquent l’avenir de millions d’hommes et de femmes obligés de venir mourir dans des conditions si atroces, si loin de chez eux. C’est au prix de cette solidarité et de ce refus de la médiocrité que les Africains pourront un jour vivre chez eux du salaire de leurs efforts pour leur pays. Nous avons un devoir d’exemplarité.

Dans ces moments douloureux, je voudrais dire un grand merci à tous les Français de souche qui ont manifesté leur solidarité de façon concrète aux pauvres rescapés et aux familles de ceux qui ont trouvé la mort dans l’incendie de l’immeuble du boulevard Vincent Auriol et qui continuent. Vous avez honoré la France. Vous avez montré qu’heureusement il y a des Français qui ne s’en fichent pas de ce qui est arrivé. Et j’ai été ému aux larmes par vos enfants qui sont venus dire que leur petit copain mort dans l’incendie n’irait plus à l’école avec eux, et que c’était trop triste. Ils me donnent foi en l’avenir. Eux considèrent, à la différence de certains adultes, qu’il n’y a pas de différence entre un enfant blanc ou un enfant noir. Ils vont à l’école ensemble, ils sont amis, ils se racontent leurs petites histoires d’enfants. Et ce qui compte. Pourvu qu’on ne les pervertisse pas.

P.S. J’appelle tous ceux qui sont à Paris à participer à la marche qui aura lieu ce mardi 30 août 2005 pour le relogement définitif des rescapés de ces drames. La marche se déroulera à partir de 17 heures 30 et partira du quai de la Gare (métro Quai de la Gare , ligne 6) et l’arrivée est prévue à la Place d’Italie.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by M. Mady DANFAKHA - dans LA FRANCE
commenter cet article

commentaires