Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sites préférés

hit counter  Powered by Technorati

Recherche

Bienvenue

Un Sénégalais vivant en France met en ligne ce que lui inspirent le Sénégal, l'Afrique, la France et le monde d'aujourd'hui. Ces pages se veulent aussi un lieu d'information sur tout ce qui touche de près ou de loin l'Afrique et les Africains. En bien. En moins bien !

Soyez les bienvenus dans cet espace d'échanges libres que j'espère bénéfiques pour le Sénégal et l'Afrique toute entière. Merci d'avance de votre participation.
Bonne lecture !

 

Archives

21 septembre 2005 3 21 /09 /septembre /2005 23:00

Au lieu de sortir de la crise déclenchée par la guerre terrible que se livrent les frères ennemis du parti démocratique sénégalais (pds, au pouvoir), le Sénégal s’enfonce ! Cette semaine, un gros pavé vient d’être jeté dans l’arène : madame Nafi Ngom Keita, chef de la mission de l’IGE (Inspection Générale d’Etat) qui rendu le fameux rapport d’enquête sur l’affaire dite des « chantiers de Thiès », a décidé de rompre le silence. Malgré la réserve qui doit être observée par chaque inspecteur d’Etat dans l’exercice de ses fonctions. Et elle balance du lourd ! Elle serait tout simplement menacée de mort. Rien moins que cela ! Le Sénégal serait-il devenu un endroit où faire son travail serait synonyme de risquer sa vie ? Exagère-t-elle ? Toujours est-il qu’elle s’en prend très violemment à monsieur Abdoulaye Diop, actuel ministre des finances du Sénégal.

Selon elle, elle aurait subi des tentatives de corruption de la part de monsieur Diop pendant son enquête. Et quand on lit entre les lignes, elle pense que des hommes à la solde de monsieur Diop essaient de l’assassiner. Et elle aurait d’autant plus peur qu’elle a le sentiment que ce ministre est « protégé »… en haut lieu. Par qui ? Va savoir... Elle en est convaincue dans la mesure où Idrissa Seck (ancien premier ministre) et Salif Bâ (ancien ministre) sont déjà en prison alors que Diop est toujours en liberté. Mieux il est encore ministre des finances ! Tout cela devient très confus et… très dangereux pour l’avenir et la stabilité politique du Sénégal. En plus le déballage, qui a fait l’effet d’une bombe dans les milieux politiques, n’est pas fini. Le journal Wal Fadjri (dans lequel madame Nafi Ngom Kébé a choisi de s’exprimer) ayant décidé de distiller chaque jour un peu plus de révélations.

Je le répète : les hommes politiques passent, le pays, ses populations et ses institutions restent. Et il est inadmissible que des querelles de personnes et des positionnements politiques (en vue d’élections) au sein d’un parti (fut-ce le parti au pouvoir) conduisent le pays au bord du gouffre ! Le pire n’est jamais certain, mais alerter évite de déplorer. Soyons vigilants.

Lire la première partie de l'interview accordée à Walf Fadjri par Nafi Ngom Keita.

Lire la deuxième partie de cette interview.

Partager cet article

Repost 0
Published by M. Mady DANFAKHA - dans LE SENEGAL
commenter cet article

commentaires