Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sites préférés

hit counter  Powered by Technorati

Recherche

Bienvenue

Un Sénégalais vivant en France met en ligne ce que lui inspirent le Sénégal, l'Afrique, la France et le monde d'aujourd'hui. Ces pages se veulent aussi un lieu d'information sur tout ce qui touche de près ou de loin l'Afrique et les Africains. En bien. En moins bien !

Soyez les bienvenus dans cet espace d'échanges libres que j'espère bénéfiques pour le Sénégal et l'Afrique toute entière. Merci d'avance de votre participation.
Bonne lecture !

 

Archives

26 août 2005 5 26 /08 /août /2005 23:00

C’est encore arrivé à Paris ! Un immeuble abritant des familles d’origine africaine a encore brûlé ! Il y a encore eu des morts ! 17 cette fois-ci, dont 14 enfants ! Quand on sait qu’il y a juste quatre mois, le 15 avril 2005, un autre bâtiment, un hôtel abritant des familles d’Africains en mal de logement, avait brûlé faisant 24 morts dont 10 enfants, on se dit que ce n’est pas possible. C’était dans le 9ème arrondissement, aujourd’hui c’est dans le 13ème, et demain ce sera où ? C’est insupportable, inadmissible, intolérable, c’est… ! Quand prendra fin ce cauchemar ?

Passé le moment où la douleur vous fige dans votre fauteuil devant les images que diffusent en boucle les chaînes d’information continue, passé le moment où les larmes coulent toutes seules sur vos joues, passé le moment où vous ne comprenez même plus ce que vous regardez, vous vous posez les mêmes questions : comment est-ce possible que ce soit les mêmes qui subissent cette chose atroce ? Pourquoi la vive émotion provoquée il y a quatre mois est-elle retombée aussi vite ? Pourquoi, y a-t-il autant de gesticulations des autorités (ministres, maires, députés etc.) à chaque fois et qu’il ne se passe rien ensuite, pire la catastrophe se reproduit ? Dans un premier mouvement la réponse qui vient, qui s’impose à vous devrais-je dire, est : c’est parce qu’il s’agit d’Africains, de Noirs venant d’Afrique ! Réponse simple mais ô combien terrible. Notre intellect la refuse aussitôt. C'est trop terrible ! Non, ce n’est pas possible que la couleur de peau d’un être humain le condamne à vivre à répétition des choses aussi terribles. Ce n’est pas possible que dans un pays dont la loi condamne le racisme, la couleur de la peau ou les origines soient le vecteur de tant de souffrance. Et pourtant…

Il faut savoir que la majorité des habitants de l’immeuble qui a brûlé dans la nuit du jeudi 25 au vendredi 26 août 2005 avec l’atroce bilan que l’on sait, étaient en errance depuis au moins 15 ans ! A la recherche d’un toit pour eux et les leurs. Ballottés de squats (bâtiments à l’abandon occupés sans autorisation) en hôtels, d’hébergements provisoires en logements insalubres, ils se sont retrouvés dans cet immeuble du boulevard Vincent Auriol dans le 13ème arrondissement de Paris. Plusieurs d’entre eux ont déposé depuis plus de dix ans des dossiers de demande de logement HLM auprès des autorités locales ! Et depuis plus de dix ans, ils essuient le même refus : pas de logement disponibles ! Et ces hommes et femmes travaillent. Ont donc des revenus pour payer leurs loyers comme tout le monde. Pourquoi alors leur refuse-t-on un logement décent ? Ce que la logique la plus élémentaire commanderait de faire. Car ce qu’on oublie, ou qu’on omet de dire, c’est que cette errance coûte à tout le monde. Et de plus en plus cher ! En effet, le fait pour les services sociaux de loger dans des hôtels insalubres, ou des logements précaires gérés par des associations caritatives (c’est le cas de l’immeuble qui a brûlé boulevard Vincent Auriol dans le 13ème, géré par le bailleur associatif France Europe Association, « FREA », pour le compte d’Emmaüs) ces mal logés revient, pour les Collectivités locales et l’Etat, à verser des centaines de milliers d’euros chaque année pour soutenir les associations et les habitants de ces endroits indignes de recevoir des familles. Cela revient très cher au bout de quelques années. Mais le pire de tout c’est le bilan humain. Combien de morts attendra-t-on pour réagir ? Alors qu’il serait plus simple de loger ces familles dans des conditions décentes une fois pour toutes. Tout le monde y gagnerait. Mais la question qui revient, têtue, c’est pourquoi ne les loge-t-on pas alors correctement ? La réponse qui fuse de mes neurones me fait encore plus peur… Non ce n’est pas pour cela ! Ce n’est pas possible. Et pourtant…

Aujourd’hui, c’est devenu évident : dans le privé, c’est presque mission impossible pour des familles comme celles qui ont vécu le drame d’avant-hier nuit que d’avoir un logement. En plus des loyers qui s’envolent en région parisienne (un studio d’à peine 15 m2 coûte plus de 500 euros par mois, alors ne parlons même pas des F4 et F5 !), il est de notoriété, aujourd’hui, que les personnes un peu trop bronzées subissent la discrimination au logement. Que cette discrimination soit affichée ou cachée. Comme je le dis souvent dans les colonnes de ce blog, la France n’est pas un pays raciste mais il y a en France (comme ailleurs me direz-vous) des racistes ! Et ce qui est grave c’est qu’ils se sentent dans une impunité de plus en plus inquiétante. Dans ces conditions on est en droit de se demander quand s’arrêtera ce cauchemar dans lequel des êtres humains perdent la vie sans que cela ne suscite de vraies mesures pour y mettre un terme. Des familles entières disparaissent. Bêtement ! De façon insupportable. Il faut faire cesser cette situation dans les plus brefs délais.

Et à l’insupportable, on ajoute l’insupportable ! En effet certaines personnes ont osé parler, alors que drame s’est produit il y a moins de 24 heures, de familles trop nombreuses, de modes de vie pas très « françaises », de polygamie, de… Non il n’y a vraiment pas de limite à la bêtise et au crétinisme ! On sait que les clichés ont la vie dure, mais de grâce arrêtez maintenant !

Il y a quelques jours, la France entière bombait le torse grâce au titre de champion du monde de Ladji Doukouré. C'est légitime, c'est un Français qui est devenu champion du monde du 110 m haies. Ce qu'on oublie très vite, c'est que ses parents viennent du Mali et du Sénégal. Dans les mêmes conditions que ceux qui sont morts de manière si atroce l'autre nuit !

 

 

Lire le dossier que le quotidien "libération" consacre au drame

 

Lire le communiqué du GISTI

Lire l'article de Aminata Fall publié par "Le Monde"

Partager cet article

Repost 0
Published by M. Mady DANFAKHA - dans LA FRANCE
commenter cet article

commentaires