Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sites préférés

hit counter  Powered by Technorati

Recherche

Bienvenue

Un Sénégalais vivant en France met en ligne ce que lui inspirent le Sénégal, l'Afrique, la France et le monde d'aujourd'hui. Ces pages se veulent aussi un lieu d'information sur tout ce qui touche de près ou de loin l'Afrique et les Africains. En bien. En moins bien !

Soyez les bienvenus dans cet espace d'échanges libres que j'espère bénéfiques pour le Sénégal et l'Afrique toute entière. Merci d'avance de votre participation.
Bonne lecture !

 

Archives

5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 09:47

Ils l'ont fait ! Les Américains ont porté à leur tête celui qui était le plus improbable candidat à la Maison Blanche, il y a seulement quelques années. Je le disais, dans mon dernier post, qu'il y a quelques années un homme comme lui pouvait avoir tout contre lui, aujourd'hui il a tout pour lui. Désormais, et pour au moins quatre années, dans les salons officiels de la politique américaine, on entendra cette annonce : "Ladies and gentlemen, the président of the United States of América, Barack Obama !" c'est inoui ! Quelle leçon magistrale les Américains viennent de nous donner !

En France, nous avons l'habitude de nous moquer gentiment des travers de la société américaine. Mais nous n'en restons pas moins admiratifs devant la capacité incroyable de réaction des Américains. En élisant cet homme improbable, ils ont montré que "l'american dream" n'est pas une vaine expression. Quand on sait qu'il y a moins de cinquante ans, sur cette même terre des Etats-Unis d'Amérique, des hommes et des femmes mourraient du fait de leur couleur de peau, quand on sait que la ségrégation raciale était légale dans certains Etats, on comprend le pas de géant que ce pays a fait franchir à son peuple, en une journée ! Obama lui-même le dit très bien : "A l'époque de ma naissance, même le regard appuyé d'un homme noir sur une femme blanche pouvait le conduire en prison !". Même sa naissance, il y a 47 ans de l'amour d'un Africain Noir et d'une Américaine Blanche, était déjà une forme de défi aux règles établies. Son accession à la magistrature suprême de la plus grande puissance économique et militaire de la planète est une autre forme de défi. Car la tâche est immense ! Mais quel formidable espoir !

Un frisson gigantesque a parcouru le monde cette nuit. A la dimension historique de l'évènement s'est ajoutée une part d'émotion intense. Quand j'ai vu les larmes couler sur les joues de Jesse Jackson, je comprenais ! Le frisson me parcourait aussi. Mes yeux s'embuaient aussi. Le chemin a été si long, si dur, mais le rêve de Martin Luther King, son compagnon de lutte assassiné, était en train de se réaliser sous ses yeux. Un homme qui était blanc et qui était noir aussi, une synthèse humaine, un pont entre les races et les cultures était arrivé à réconcilier Blancs et Noirs dans un même élan patriotique. Le rêve du pasteur King est devenu réalité. Sous nos yeux.

Mon émotion a grandi encore quand, saisi par ces instants exceptionnels, je me suis mis à relire le dernier discours du pasteur King, quelques heures avant sa mort sous les balles d'un extrêmiste. C'était le 3 avril 1968 à Memphis. Il disait à la fin de son discours : "Well, I don't know what will happen now. We've got some difficult days ahead. But it really doesn't matter with me now, because I've been to the Mountaintop ! And I don't mind. Like anybody, I would like to live a long life. Longevity has its place. But I'm not concerned about that now. I just wand to do God's will. And He's allowed me to go up to the mountain. And I've looked over, and I've seen the Promised Land. I may not get there with you. But I want you to know tonight, that we, as a people, will get the Promise Land. And so I'm happy tonight. I'm not worried about anything. I'm not fearing any man. Mine eyes have seen the Glory of the coming of the Lord. " Vous avez dit messianique ? prémonitoire ? visionnaire ? prophétique ? Vous avez raison ! C'est tout celà à la fois. Il savait que ce peuple noir des Etats-Unis qui n'avait connu que souffrance et humiliation atteindrait la Terre Promise. Il savait que ce serait sans lui. Le Seigneur lui avait permis de gravir la Montagne et de jeter un coup d'oeil de l'autre côté pour admirer la Terre Promise. Il fallait qu'il leur annonce celà avant de les quitter pour toujours. Pour qu'ils ne désespèrent pas. Pour entretenir l'Espoir. Et aujourd'hui, cet Espoir porte un nom africain : Obama. J'ignore comment est La Terre Promise dont parlait le Pasteur King. J'ignore quand le peuple noir y sera. Mais je sais, après ce qui vient de se passer, que le chemin pour y arriver existe. Pour qu'enfin Noir ne signifie plus tueries, crimes, guerres, pauvreté, misères, désespérance. Pour le bien de l'Homme. Qu'il soit Noir, Blanc, Jaune ou autre. Pour le mieux vivre ensemble des hommes et des femmes qui peuplent cette planète qui s'appelle la Terre. Et qui est devenue si petite, en quelques années.

Oui j'ai vu mes larmes couler en voyant celles de Jesse Jackson et après avoir relu le pasteur King. Moi qui réagit très rarement de manière émotive. Mais après avoir relu ce texte de Martin Luther, 40 ans après qu'il l'ait prononcé, beaucoup de choses sont remontées en surface. Et l'émotion m'a submergé. L'Histoire des peuples est riche d'enseignements. Mais pris dans le tourbillon de nos vies modernes, nous avons rarement le temps de nous arrêter pour en tirer des leçons. Pourtant, nous vivons des moments qui devraient nous permettre de nous arrêter et de chercher un sens, dans les deux sens du mot, à tout celà. Car il y a une leçon à tirer pour les un uns, un chemin à suivre pour les autres. pourvu que les extrêmistes de tout poil ne viennent faire bégayer l'histoire. Et, chers lecteurs, excusez-moi d'avoir parlé de mon ressenti dans ces colonnes. Mais le moment est exceptionnel. Et les lignes qui précèdent, dans le cadre du lien qui s'est tissé entre vous et moi, le seront aussi.

Ils disaient : "change, we need", puis "change, we can", ils peuvent dire aujourd'hui : "change, we did" !

 

M. Mady DANFAKHA

Partager cet article

Repost 0
Published by M. Mady DANFAKHA - dans LE MONDE
commenter cet article

commentaires

Quentin Brevard 27/11/2008 21:49

Je voudrais vous dire bravo pour votre analyse et continuer sur votre lancer

Moussa 05/11/2008 17:22

Bravo, une belle analyse, lucide, clairevoiyante avec tout le bon sens qu'on vous connait. Votre émotion est parfaitement légitime compte tenu de l'événement, c'en est un si les mots ont encore un sens. inutile de vous dire que je partage sans réserve votre ressenti et, je suis certain de ne pas être le seul, loin s'en faut.
Heureux de votre ce blog nous revenir avec la même passion et le même enthousiasme.