Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sites préférés

hit counter  Powered by Technorati

Recherche

Bienvenue

Un Sénégalais vivant en France met en ligne ce que lui inspirent le Sénégal, l'Afrique, la France et le monde d'aujourd'hui. Ces pages se veulent aussi un lieu d'information sur tout ce qui touche de près ou de loin l'Afrique et les Africains. En bien. En moins bien !

Soyez les bienvenus dans cet espace d'échanges libres que j'espère bénéfiques pour le Sénégal et l'Afrique toute entière. Merci d'avance de votre participation.
Bonne lecture !

 

Archives

15 octobre 2005 6 15 /10 /octobre /2005 23:00

Jeudi 15 octobre 1987, samedi 15 octobre 2005 : il y a exactement 18 ans mourait sous les balles de ses plus proches collaborateurs et compagnons un jeune héros de l’Afrique. Il s’appelait Thomas Sankara. Le capitaine Thomas Sankara ! Et cela se passait à Ouagadougou. En ce triste anniversaire, souvenons-nous et méditons sur ce qu’a laissé cette comète qui dans sa fulgurance a marqué une énorme partie de la jeunesse africaine.

 

 

Le capitaine Thomas Sankara

 

 

Il est né le 21 décembre 1949 à Yako dans ce qui était alors la Haute Volta. Après des études dans plusieurs académies militaires, dans son pays d’abord (en commençant par le prytanée militaire de Kadiogo) puis à l’étranger, le jeune officier rentre pour se mettre au service de sa patrie. Très jeune (il n’avait pas 30 ans), il fréquenta les allées du pouvoir. Secrétaire d’Etat puis premier ministre sous le régime militaire de Jean-Baptiste Ouédraogo, il comprit très vite l’étendue de la corruption des dirigeants et la souffrance du peuple voltaïque. Ses lectures de jeunesse sur le marxisme, ses rencontres avec des gens comme Samora Machel ou Fidel Castro (qui prétendaient appliquer le « socialisme réel ») rendaient encore plus insupportable à ses yeux le spectacle que donnaient les militaires alors au pouvoir. Sa décision était prise : il fallait renverser tous ces corrompus et instaurer une autre façon de diriger son pays. Au profit des plus pauvres.

 

 

 

Thomas Sankara

 

 

 

Le 4 août 1983 un groupe de jeunes officiers amenés par Blaise Compaoré, Jean-Baptiste Lingani et Thomas Sankara prit le pouvoir à Ouagadougou. C’était le début d’une courte mais historique période pour le pays qui allait s’appeler désormais le Burkina Faso, le « pays des hommes intègres ». Cette période ne fut pas historique que pour le Burkina Faso, mais pour l’Afrique toute entière. En effet, en quelques années un homme s’est mis à ressembler à un mot : l’espoir !

En quatre ans, Thomas Sankara est devenu l’idole de la jeunesse africaine. Du nord au sud, de l’est à l’ouest du continent, les jeunes (et les moins jeunes) l'ont admiré puis ont tremblé pour lui. Il avait tout pour séduire mais aussi pour convaincre. Chaque mot qu’il prononçait respirait la sincérité, chaque acte qu’il posait nous faisait penser : « j’aurais fait pareil ! ». Très vite, il fit comprendre qu’il fallait d’abord compter sur soi et pas sur les autres. Dans une Afrique qui était habituée à l’assistanat en vivant des « largesses » de l’Occident, cela détonnait. Certaines mesures furent même traitées de démagogiques par ses adversaires. Ainsi, quand il revendit tout le parc de véhicules de luxe des ministères pour leur acheter des Renault 5, ou quand il imposa aux personnalités publiques de s’habiller avec du tissu fabriqué au Burkina Faso (le fameux « Faso Dan Fani ») lors des cérémonies officielles certains rirent sous cape ! Et pourtant ! Cela nous semblait tellement évident à nous lycéens de l’époque. Nous pensions : « pourquoi ne l’a-t-on pas fait plus tôt ? Et surtout pourquoi pas partout en Afrique ? ». N’étions-nous pas le continent le plus pauvre ? Ne côtoyions-nous pas suffisamment la misère au quotidien pour savoir que c’était indécent de rouler en grosses berlines allemandes dans les quartiers si pauvres de nos villes poussiéreuses ? Le pouvoir de Thomas Sankara était comme cela. Une envie sincère de sortir l’Afrique de sa désastreuse situation politique. Une proximité incroyable avec le peuple (ses jogging dans les rues accompagné de la population des quartiers populaires étaient mémorables !). Des mesures simples pour rétablir la justice sociale etc. On en oubliait qu’il était marxiste et que son régime était dit « révolutionnaire ». Tout ce que nous avions retenu, c’était que cet homme était sincère, aimé de son peuple et surtout intègre. Et pour tout cela, il représentait l’espoir de tout un continent. Espoir parce que si lui réussissait à redresser la barre au Burkina Faso, des millions de jeunes Africains s’engouffreraient dans la brèche ainsi ouverte. Et c’est pour cela qu’il était devenu dangereux pour beaucoup de vieux dictateurs africains et leurs tuteurs occidentaux. Nous avions tous peur pour lui. Et lors d’une interview prémonitoire qu’il avait accordée au journaliste de Jeune Afrique Sennen Adriamirado, il disait que si quelqu’un de son entourage proche décidait de l’assassiner, il n’y aurait pas de parade. Il avait malheureusement vu juste : c’est son fidèle « ami » et compagnon de révolution Blaise Compaoré qui lui prit le pouvoir et la vie ce maudit jeudi 15 octobre 1987 en plein après midi ! Thomas Sankara n'avait pas encore 38 ans ! En quelques rafales d’arme automatique, on venait de tuer l’espoir !

Aujourd’hui, ses assassins sont devenus des personnalités « respectables ». Et monsieur Blaise Compaoré, toujours au pouvoir, est considéré même par certains comme un sage de l’Afrique ! A nous il nous reste juste son image, ses propos simples et pleins de sincérité. Quelquefois, un poster replié depuis qu’on a quitté nos chambres d’étudiants. L’Afrique a aujourd’hui besoin d’un autre Thomas Sankara. Pour que renaisse l’Espoir !

 

Lire le récit des évènements du jeudi 15 octobre 1987.

Visitez un site consacré à Thomas Sankara.

 

M. Mady DANFAKHA

Partager cet article

Repost 0
Published by M. Mady DANFAKHA - dans DES RAISONS D'ESPERER
commenter cet article

commentaires

Suzy 21/03/2010 01:03


Thomas Sankara n'a pas rebaptisé son pays comme étant celui de l'homme intègre par hasard : il était incorruptible ; jamais il n'aurait vendu son âme au diable, donc son pays, d'où son assassinat .
Ca va de soi !


florian 26/11/2006 00:00

merci de m'avoir  apris un eu plus sur l'afrique je retiendrais son example est ce que je pourrai mettre ton article dans mon blog en tout cas merci j sais qui prendre pour example .

M. Mady DANFAKHA 29/11/2006 15:20

Bonjour Florian,Merci pour le message que tu as laissé sur mon blog. C'est gentil de ta part. Pour ce qui est de l'article sur Thomas Sankara, je t'autorise à le publier sur ton blog.A bientôt j'espère sur Jdsblog.M. DANFAKHARédacteur de Jdsblog.

Mdanfakha 12/05/2006 17:44

Merci Françoise pour votre réaction à cet article. Vous avez raison de nous rappeler que Sankara aurait pu devenir un de ses révolutionnaires qui tournent mal. Le risque existait, c'est sûr. Mais comme le pire n'est jamais certain... Il nous manquera tout de même. pour toujours.

el alaoui 06/05/2006 08:11

je me souviens de ce triste jour de 1987. J\\\'étais alors à Casablanca et je travaillais chez... Air Afrique. Thomas Sankara n\\\'avait pas suscité l\\\'espoir que chez les seuls africains. Le coeur de nombreux "blancs" battait aussi avec lui. Mais le monde n\\\'est pas fait pour les purs. Ne regrettons rien hélas, il aurait peut être fini comme Fidel Castro qui sait ? Au moins n\\\'a-t-il pas eu le temps d\\\'être corrompu et avili et est-il resté dans nos mémoires comme un rêve d\\\'humanité, d\\\'espoir, de vie meilleure. Comme vous dites : une fulgurante étoile dans un ciel si sombre. Françoise El Alaoui (parent d\\\'une de vos élèves)

Mady 20/10/2005 08:59

Merci paz. Je viens de faire un tour sur ton blog. Il n'est pas mal non plus. Ne change rien. Continue.